ci
(photo : Nicolas Guérin)

Gilles Ciment, directeur de la Cité de la Bande Dessinée et de l'Image, subit depuis des mois une situation kafkaïenne d'une extraordinaire violence.

Dans la mesure où son bilan est excellent, le rayonnement de la Cité sous sa direction étant incontestable, il y a sans doute derrière cela des raisons troubles que l'acteur lambda du monde de l'Image ignore.

Je ne l'ai jamais rencontré mais nous avons échangé plusieurs fois à propos de bande dessinée et j'ai pu admirer la qualité des expos du musées, du service de la bibliothèque et de la programmation du cinéma. Cela me suffit largement pour juger de ses qualités, pour le reste cela ne me concerne pas. Le que le procès public en incompétence et la négation de son contrat de travail sont des actes inouïs qui ne peuvent être cautionnés par tous ceux qui peuvent témoigner de son action. 

À cet effet, une pétition a été lancée afin de le soutenir, appelant la Ministre de la Culture à réintégrer M. Gilles Ciment dans ses droits et à trouver une sortie honorable à cette triste affaire.

En moins de vingt-quatre heure une cinquantaine d'auteurs, réalisateurs, éditeurs, universitaires ou producteurs ont répondu présent. Parmi eux, on retrouve notamment Art Spiegelman, José Muñoz, Lewis Trondheim, Michel Ocelot, Posy Simmonds, Mattt Konture, Lorenzo Mattotti, Bastien Vivès, José-Louis Bocquet, Jean-Luc Fromental, Didier Brunner... et bien d'autres.

La pétition est désormais rendue publique et peut-être signée ici, la encore elle a récolté d'autres signatures prestigieuses (Charles Berbérian, Gabriel Yacoub, Frédéric Bézian, etc.) 

Gageons qu'elle saura atteindre sa cible !