Me voici revenu de deux semaines d'Irlande. Voyage amusant et sans le sou à faire du stop et à camper avec un camarade parlant mieux anglais que moi (c'est facile) mais ne parlant presque pas, ce qui est d'une utilité relative. Un fort agréable séjour, quoiqu'humide, pour lequel j'avais emmené un certain nombre de livres, à lire autour du poêle, à la tourbe comme il se doit...

n_buleuse

Certains détestent, personnellement j'ai totalement adhéré à l'écriture folle de Chevillard. La Nébuleuse du crabe a un très beau titre, trompeur par ailleurs, et ne raconte pas une histoire : elle construit un personnage, tourne autour, le détricote et recommence. Chaque paragraphe met le précédent, et le suivant, et ceux qui ne sont pas écrit, en balance dans l'univers des possibles. Durant ce temps, Crab le magnifique continue l'exploration des non-sens, de nos troubles, et de sa vie qu'il ne possède qu'à moitié. Un livre assez jubilatoire d'un auteur très prolixe, que je découvre ici. Il possède un blog assez fantastique, fait assez rare dans le monde des écrivains pour être signalé, et un autre de ses livres me fait méchamment de l'oeil : Démolir Nisard... un auteur à se procurer et à découvrir rapidement.
Le Nébuleuse du Crabe, d'Eric Chevillard, édition de Minuit, collection double, 5,5€.

mariachapdelaine

Ce livre est le plus connu des ouvrages de la littérature québécoise, c'est un peu leur Princesse de Clèves, avec ce que ça comporte de majesté et d'ennui. Le début est poussif et la fin expédie le dilemme de tout le roman en deux vilaines pages, ode au conservatisme rural et aux bonheurs de la terre. Il n'empêche qu'entre ces deux moments coulent une centaine de pages à la qualité réelle. Ce n'est pas un simple roman du terroir, même s'il est clairement de ce type. Le style de Hémon devient rapidement limpide, malgré quelques maladresses par moment, et le choix d'un parler oral dans l'écriture est tout sauf artificiel ou pittoresque. Il parait simplement naturel. Maria, belle jeune fille dans une maison isolée de tout, au fond de la forêt québécoise, se voit présenter deux amants : le voisin, aimant et aimable mais qui la condamnera a toujours rester dans la même condition, tandis qu'il s'échinera à tenter de faire sortir quelque chose de la terre ingrate. Et celui qui a vendu les propriétés, qui vit en ville et porte le progrès, et avec lui une certaine émancipation. Vous aurez compris quel sera le choix final de Maria dans cette alternative peu subtile. Il n'empêche que le roman vaut le coup d'œil, par son aspect de témoignage et son importance historique d'une part, mais aussi parce qu'il est tout simplement bien écrit. Après, c'est sur, on est loin des écriture révolutionnaires de Louis Gauthier ou Denis Vannier, qui feront avancer bien différemment la littérature de la Belle Province.
Maria Chapdelaine, de Louis Hémon, Le livre de poche, 3,50€ (j'essaye toujours de présenter les éditions les moins chères).

premierscombats

Je ne suis pas franchement un patriote, me sentant plus européen (ou breton !) que français j'ai toujours un peu de mal avec les exaltation de la France. Il n'empêche que face à cette France que Jean Moulin invoque dans son livre, j'ai du mal à rester insensible. Premier combats est un ouvrage fait pour témoigner, Moulin l'écrit chez sa sœur, fraichement débarqué de sa préfecture du Havre,  avant de rejoindre les rang de la Résistance sous le nom de Max, puis d'y mourir après torture. Jeune, courageux, Moulin a tout du héros. J'ai regardé ce livre avec curiosité, mais n'ai pu en conclure que du très banal : Jean Moulin était un héros. Le récit est extrêmement détaillé, fustigeant les autorités complices, les états majors qui s'enfuient, refusant la résignation. Si il s'agit d'un carnet de bord l'écriture est cependant assez belle, on ressent la colère, la rage et le dépit de son auteur. On sent alors ce qu'il appelle France, qui n'est pas une valeur ultra-jacobine, ou sa dérive vichyssoise. La France dont Moulin est solidaire, et à laquelle il est dévoué, n'est pas une idée abstraite : c'est le peuple qu'il doit protéger, les hommes qui la compose, la solidarité qu'il doit créer, les bouches à nourrir. En ça, je n'ai rien contre exalter  la France, à la manière de Ferrat dans sa sublime chanson, où de Jaurès quand il explique avec brio que « le patriotisme est l'amour de soi, le nationalisme la haine des autres »... Moulin était un héros donc, et ce livre retrace ce qui le poussera à le devenir. Un ouvrage fascinant, et salutaire, témoignage singulier et particulièrement brillant d'une période sombre de notre France...
À noter : un cahier de documents assez complet et intelligemment fait. Préface de De Gaulle, introduction de la sœur de Moulin, extraits de discours posthumes, etc...
Premiers combats, de Jean Moulin, édition de Minuit, collection Documents, 10€.

peyolenchanteur

Cela paraît peut-être moins sérieux ou essentiel... Il n'empêche que cela faisait bien longtemps que je lorgnais cette biographie de Peyo, le célèbre auteur des non moins célèbresSchtroumpfs. Après la très belle couverture de Dupuy&Berbérian j'ai été un peu déçu. Le début ne m'emballait guère, mais dès que les déboires familiaux et scolaires furent expédiés on entre alors dans la fascinante description de la méthode de travail de Peyo : son approche du dessin et da sa narration, son rapport aux élèves... et sa réaction face au succès soudain, et démesuré, de ses lutins bleus. Au fur et à mesure c'est le portrait déchirant d'un artiste transformé malgré lui en homme d'affaire qui est dépeint. Perfectionniste, Peyo souffrait de déléguer et se retrouve avec un studio de Bande Dessinée qu'il essaye tant bien que mal de faire fonctionner, mais qui devient très vite un simple auxiliaire de publicité d'un autre studio, américain celui là : les dessin animés Hanna-Barbera. Farouche au début, Peyo voulait conserver un total regard sur l'exploitation de ses créations, face à l'exponentielle et dévorant succès il ne peu plus - physiquement - suivre. Perdant de plus en plus son emprise, usés par les voyages, la gestions des droits et des produits dérivés, terrassé par le fait de perdre sa vie de famille, ...on comprend mieux l'homme et – c'est une justice – l'artiste Peyo. Un artiste qui a malheureusement été écrasé au fur et à mesure par le succès, qui ne pouvait paradoxalement que le réjouir.
L'ouvrage est riche et emplit de témoignages divers et précieux : sa femme et coloriste Nine, ses assistants Walthéry, De Gieter, Gos, Derib, Benn..., Delporte le rédac chef et co-scénariste, Thierry Culliford, le fils qui reprendra la série (avec moins de bonheur il faut l'avouer). Une grande partie de l'iconographie est inédite et recèle elle aussi de nombreux trésors et témoignage, notamment celle – indéfectible – du grand Franquin. La collection « Profession » confirme son intérêt et son statut de vraie manne pour le passionné. Je dois dire que tout ça m'a rendu impatient de voir l'éditeur se réveiller de sa mise en sommeil volontaire....
Peyo l'enchanteur, de Hugues Dayez, édition Niffle, 23€.

lappareilphoto

Je vais finir par passer pour un VRP des éditions de Minuit... En même temps c'est vrai que je trouve qu'il y a là le meilleur de la littérature contemporaine. Le seul reproche que je pouvais leur faire était le prix de leurs ouvrage, avec le développement de leur collection de poche je ne peux qu'abdiquer (même si on peut regretter n'y trouver qu'un ouvrage des excellents Tony Duvert et Pierre Bayard). La Salle de Bain, premier livre de Toussaint, m'avait enthousiasmé tant pour son humour caustique que ses recherches formelles. L'Appareil photo poursuit dans la même veine. Cependant, si le talent est le même et l'écriture impeccable, il y a moins de surprise. C'est un peu plus maitrisé, peut-être même plus drôle, mais moins ébouriffant. On sent que Toussaint perpétue sa recherche en même temps que le style s'affirme. Un étrange entre deux très séduisant, mais qui m'a empêche une totale satisfaction, même si le plaisir étant clairement là. Il est à noter que l'ouvrage se clôt par un entretien avec l'auteur, dans lequel ce dernier évoque le concept de « Roman infinitésimal » qu'il creuse de manière assez pertinente. Exploration à continuer donc...
L'Appareil photo, de Jean-Philippe Toussaint, édition de Minuit, collection Double, 5,50€.

 

PS : J'admet que pour une note intitulée "Lectures Irlandaises" c'est salement francophono-centré mais bon... J'aurai du prendre un Beckett, ça serait rentré dans la ligne minuitienne tout en collant au pays...